Coopalim est une association dont le but est la création, l’organisation et la gestion d’une coopérative alimentaire participative à Strasbourg. Son activité et son développement reposent sur l’engagement de chacun·e de ses membres. Elle est autogérée et la vente est réservée à ses membres.

1. Les coopérateurs et coopératrices

a. Droits et engagements

La ou le membre actif·ve s’engage à consacrer 3h de son temps toutes les quatre semaines à une tâche nécessaire au bon fonctionnement de l’association. Les modalités d’inscription aux tâches à couvrir lui sont communiquées régulièrement.
Durant la validité de son adhésion, le coopérateur ou la coopératrice accède à l’intégralité des services proposés par la coopérative (vente de produits, animations, événements…) et peut prendre part aux groupes de travail qui animent et font vivre l’association (approvisionnement, démocratie, local, finances, informatique, tâches coopératives..). Elles et ils peuvent proposer toute initiative visant à renforcer et à développer le projet, dans le respect des objectifs poursuivis.

b. Qui peut adhérer ?

L’adhésion est ouverte à tous et toutes, aux personnes physiques ou morales.
L’adhésion est individuelle et nominative. Elle donne accès à l’ensemble des activités de Coopalim dont celles de vente au local gérée par l’association pour les membres à jour de leurs tâches. L’adhésion des adultes d’un même foyer est encouragée.
Seuls les membres actifs à jour de leurs tâches ont la possibilité d’acheter au magasin.
Chaque membre peut “affilier” à l’association les enfants mineur·e·s de son foyer, ces derniers peuvent acheter sous réserve que le membre “précité” soit à jour de ses tâches.
Les enfants mineur·e·s ne sont pas tenu·e·s d’effectuer des tâches.
Sont membres sympathisant·e·s les personnes qui adhèrent à l’association sans effectuer de tâches. Elles peuvent contribuer au fonctionnement de la coopérative sous forme de dons et participer aux événements organisés par la coopérative mais ne peuvent pas acheter en magasin.
Les personnes morales adhérentes prennent en charge une tâche en leur nom, elle doit être effectuée par un·e de ses représentant·e·s.

2. Organisation des tâches

Le coopérateur ou la coopératrice s’engage à réaliser la tâche de 3h à laquelle elle ou il s’est inscrit·e. C’est la condition essentielle du bon fonctionnement, notamment des activités de vente.

a. Définition d’une tâche

Une tâche correspond à une mission nécessaire au bon fonctionnement de Coopalim.
Exemple : en semaine A, le mercredi de 17h à 20h, il y a une tâche “animation des ventes”.
Certaines tâches imposent un fractionnement ou sont forfaitisées.
Les tâches s’effectuent généralement au local, certaines peuvent être effectuées ailleurs.

b. Différents types de tâches

● animation des ventes (caisse, pesée, coordination, achalandage, accueil…)
● réception des livraisons
● ménage
● permanence d’inscriptions aux tâches
● tâches forfaitisées : administration, gestion des commandes, gestion tableau de
tâches, organisation des ventes, communication, informatique, comptabilité…
● organisation d’événements, stands…
● etc
L’implication des membres dans les activités de la vie associative (groupes de travail de l’association, animation des ateliers pratiques…) n’est pas comptabilisée comme une tâche.

c. Mode de gestion des tâches

● tâches pérennes : même horaire, renouvelé automatiquement toutes les 4 semaines
Exemple : le coopérateur ou la coopératrice qui s’inscrit en semaine A, le lundi, de 9h à 12h, revient toutes les semaines A sur le même créneau.
● tâche variable : inscription à renouveler pour chaque période de quatre semaines via le tableau des tâches.
● tâche volante : possibilité pour l’adhérent.e de s’inscrire « en attente de tâche » si toutes les missions sont pourvues ou ne coïncident pas avec son emploi du temps.
Elle ou il sera alors sollicité.e pour des missions imprévues ou pour un remplacement.
● tâche en coulisse qui correspond à une contribution “au forfait” de gestion (commandes, comptabilité etc)
Pour les tâches volantes, si aucune tâche n’a pu être proposée, le coopérateur ou la coopératrice doit reporter sa tâche sur une autre période.
Les tâches effectuées sont enregistrées par Coopalim.

d. L’accompagnement du nouveau coopérateur ou de la nouvelle coopératrice

Après avoir participé à une réunion d’information, le coopérateur ou la coopératrice est accueilli·e et formé·e par les autres membres de l’association lors de sa première tâche, notamment les coordonnateur·trice·s.
Ces dernier·e·s sont présent·e·s sur chacun des créneaux de 3h, disposent du pass du local, transmettent les informations, signalent tout dysfonctionnement.
Des créneaux de formation aux différentes tâches sont également régulièrement proposés.

e. Changement ou abandon de tâche pérenne

Une personne inscrite en tâche pérenne peut l’abandonner pour prendre toute autre tâche.
Elle doit en informer le groupe de travail “gestion des tâches” 15 jours avant le début de la période concernée.

f. Absences

Toute tâche non effectuée doit être rattrapée.
Absence anticipée :
Si, pour quelque raison que ce soit, le coopérateur ou la coopératrice ne peut pas être présent·e à la tâche prévue, elle ou il peut se faire remplacer par un·e autre adhérent·e, permuter ou changer de tâche.
Le délai de prévenance est de 15 jours.
Absence imprévue :
S’il n’est pas possible d’anticiper l’absence, le coopérateur ou la coopératrice prévient au plus tôt le groupe de travail de gestion des tâches par mail ainsi que le coordonnateur si possible.
Lorsque le coopérateur ou la coopératrice n’a pas effectué une tâche, il a 8 semaines pour compenser. Au-delà, elle ou il est « suspendu·e » et ne peut plus effectuer ses achats avant d’être à jour de ses tâches.
La suspension n’empêche pas de participer aux autres activités de Coopalim (cours de cuisine, couture…).
Absence non signalée :
Une absence non signalée implique d’effectuer deux tâches en rattrapage, sauf cas de force majeure.
Absence longue :
En cas d’absence anticipée de plus de 8 semaines, le coopérateur ou la coopératrice peut suspendre sa participation à la coopérative. Elle ou il n’est alors pas tenu·e d’effectuer ses tâches sur cette période, mais elle ou il ne peut plus faire ses achats au local. Elle ou il prévient le groupe de travail “gestion de tâches” 15 jours à l’avance. A son retour, elle ou il réintègre le fonctionnement normal de l’association.

g. Exemptions de tâche

En cas d’incapacité à réaliser sa tâche ou en cas de nécessité d’aménagements, il est possible d’adresser une demande au groupe de travail “gestion des tâches” qui statuera au cas par cas en toute confidentialité.

3. Accès à l’activité de vente

Seul·e·s les coopérateur·trice·s à jour de leur adhésion et de leurs tâches, tels que définis plus haut sont autorisés à acheter. Il n’est pas possible pour des non adhérent·e·s d’acheter dans le magasin.
En cas d’impossibilité de faire ses courses ou de récupérer sa commande, le coopérateur ou la coopératrice s’adresse à un autre coopérateur ou coopératrice pour ce faire. Les situations particulières seront examinées par l’atelier gestion des tâches.
La possibilité d’achat est conditionnée à l’identification du coopérateur ou de la coopératrice
Les visiteur·se·s et accompagnant·e·s sont autorisé·e·s à entrer dans le magasin mais ne peuvent pas acheter. Elles et ils sont identifié·e·s comme tel·le·s à l’entrée.

4. Règles de vie

Tout dysfonctionnement dans le local doit être signalé au coordonnateur ou coordonnatrice de tâche présent·e qui prendra les mesures qu’elle ou il jugera nécessaires et en avertira le conseil collégial.
Les membres effectuant leur tâche sont tenu·e·s de respecter les horaires, les règles de fonctionnement : hygiène, sécurité, respect des personnes, règles du local et de vente, réglementations, dispositions légales…
Les enfants mineurs présents dans les locaux de Coopalim restent sous la responsabilité de leurs parents.

5. Conflits, comportements inappropriés

Il est créé une commission de gestion des conflits composée de 6 membres : 3 désigné·e·s par le conseil collégial, 3 élu·e·s en AG. Leur mandat est d’un an.
La commission entendra les personnes concernées, cherchera une solution amiable. Elle pourra proposer au conseil collégial l’exclusion d’un membre conformément à l’article 7d des statuts.

Charte des adhérent·e·s – version validée le 20 mars 2019